Taormine - Sicile - Théâtre gréco-romain

Publié le par Lynette



Vous devez avoir quelques difficultés pour me suivre dans ce tour de Sicile, mais rappelez-vous, nous avons visité Palerme,
puis les sites de Selinonte,
Agrigente,
Noto la ville "baroque",
 Syracuse et grimper à l'Etna.

Nous continuons sur la côte par la découverte de Taormine
qui est une station  touristique, chic,
avec beaucoup de charme à la renommée internationale.

Un splendide théâtre gréco-romain
 entrepris par les Grecs au IIIème siècle
et remanié par les Romains.


Image Hosted by ImageShack.us

... prochainement balade dans la ville...

Publié dans Etranger

Commenter cet article

Linda et Picasso :0079::0071: 11/08/2008 19:13

Passe une bonne soirée et nuit ... demain les coquelicots chez moi ...
 un texte pour toi de Jules Verne ...Bisous
Lorsque la douce nuit...
Lorsque la douce nuit, comme une douce amante, S'avance pas à pas, à la chute du jour, S'avance dans le ciel, tendre, timide et lente, Toute heureuse d'un fol amour ; Lorsque les feux muets sortent du ciel propice, Pointillent dans la nuit, discrets, étincelants, Eparpillent au loin leurs gerbes d'artifices, Dans les espaces purs et blancs ; Quand le ciel amoureux au sein des rideaux sombres, Tout chaud de ce soleil qui vient de l'embraser, A la terre, pour lui pleine d'amour et d'ombres, S'unit dans un brûlant baiser ; Quand se réfléchissant comme en un lac limpide, L'étoile de l'azur, sur le sol transparent, Allume au sein de l'herbe une étoile timide, Cette étoile du ver luisant ; Quand aux brises du soir, la feuille frémissante, A ce tendre contact a refermé son sein, Et garde en s'endormant la fraîcheur odorante Qui doit parfumer le matin ; Quand sur le sombre azur, comme un triste fantôme, Le cyprès de ce champ où finit la douleur, Est là, plus triste et froid qu'un mystérieux psaume Qui tombe sur un ton mineur ; Lorsque courbant sa tête à des plaintes secrètes, L'if, comme de grands bras agite ses rameaux, Et tout mélancolique, en paroles muettes, Cause bas avec les tombeaux ; Quand au berceau de Dieu, sur la branche endormante, L'oiseau paisible, heureux a trouvé le sommeil, Quand le fil de la Vierge a regagné sa tente En attendant quelque soleil ; Quand la croix déployant dans sa forme incertaine, Sur le chemin du ciel ses deux bras de douleurs, Dans la nuit qui l'entoure en son humide haleine Est ruisselante de pleurs ; Quand toute la nature, et l'étoile de la pierre, Et l'arbre du chemin, la croix du carrefour, Se sont tous revêtus de l'ombre, du mystère, Après les fatigues du jour ; Quand tout nous parle au coeur, quand la tremblante femme, A plus de volupté que le soleil le jour, Oh ! viens, je te dirai tout ce que j'ai dans l'âme, Tout ce que j'ai de tendre amour.

poeticluso 11/08/2008 11:37

Des sites bien splendides. On a envie de reprendre des vacances!..Bisous Lynette.

stella:0040: 11/08/2008 11:16

Coucou me revoilou !
En grande forme, le moral au beau fixe, et toi ça va ?
Hier j’ ai raconté sommairement mes vacances et mis quelques photos en ligne, aujourd’hui je présente mon petit-fils Kévin, 18 ans, qui se remet au karting après un break de 4 ans.
Les sujets plus sérieux attendront un peu, j’ai envie de garder l’esprit léger, ça fait du bien.
Gros bisous,
Stella

stella:0040: 11/08/2008 11:15

Coucou me revoilou !
En grande forme, le moral au beau fixe, et toi ça va ?
Hier j’ ai raconté sommairement mes vacances et mis quelques photos en ligne, aujourd’hui je présente mon petit-fils Kévin, 18 ans, qui se remet au karting après un break de 4 ans.
Les sujets plus sérieux attendront un peu, j’ai envie de garder l’esprit léger, ça fait du bien.
Gros bisous,
Stella

patriarch 11/08/2008 09:57

il a été bien restauré, en tout cas !! Bises !